Cyril Mokaiesh…

C’est la Miss qui me l’avait fait découvrir en aout, au tremplin FNAC à Paris, 4 chansons qui avaient la pêche, quelques vidéos YouTube plus tard, un taratata plutot raté et enfin un vrai concert au Nouveau Casino m’ont fait devenir fan.


Cyril Mokaiesh

Il arrive seul sur scène pour une première chanson, « Du rouge et des passions », uniquement accompagnée par sa guitare sèche et piano, et là émotion, des intonations à la Ferré (que j’ai eu la chance de voir en concert), une chanson émouvante qui vous laisse par terre d’entrée de jeu !


Puis arrivent les musiciens et deux heures de show dur, tendre, émouvant, du bon vieux rock qui tape fort et juste, des textes ciselés à la plume acérée. On retrouve dans cette musique et ses chansons l’inspiration des plus grands, outre Léo, il y a dedans du Brel, du Noir Désir, encore du Renaud et même pourquoi pas, pour le coté écorché vif, du Béranger…

À moins que, tout simplement, ce ne soit du Mokaiesh…

Cyril Mokaiesh

Revoici enfin revenus ceux que l’on appelait des chanteurs à textes, engagés, révolté à l’image de « Communiste » plus ou moins son premier tube…



Bref, que du bon, qui fait plaisir à voir et à entendre ! Nul doute qu’il fera du chemin, en espérant que le succès ne lui tourne pas la tête, mais qu’il restera un indigné de son époque…



Courez donc chez vos disquaires préférés, qu’il soit physique ou numérique, vous ne le regretterez pas, et si par chance il passe du coté de chez vous courrez-y, toutes les dates sont sur son site…

Cyril Mokaiesh

Cyril Mokaiesh

Que du bon je vous dis…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Haut de page