Le cadeau (12)

12

Silence, un grand silence et trois pairs d’yeux qui me fixent. Longue seconde de solitude, de celle où l’on rêve d’êtres ailleurs, de se cacher, de ne plus exister aux yeux des autres. Le visage de mère est resté de marbre. Pas un mouvement, pas un rictus, juste une impression de défis. Elle s’est levée lentement, sans un mot et c’est dirigé vers le mur du fond. Personne n’a bougé, les regards se faisant un peu plus interrogatifs, attendant la suite, le probable cataclysme qui logiquement devrait s’ensuivre. Seul papa semblait un peu forcer le trait. Elle se saisit du sabre d’un illustre ancêtre inconnu accroché sous un tableau qui le représentait digne et fier en grand uniforme. Elle le donna à père : « A toi de faire maintenant » dit-elle avant de disparaître à la cuisine. Ma tension était à son comble, Astrid était comme paralysée. Père quand à lui, toujours calme, passait son doigt sur le fil de l’arme, comme pour en éprouver le tranchant, puis releva les yeux vers moi. Mère réapparue enfin dans l’encadrement de la porte. Elle se tenait une main dans le dos. Une mouche volait.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Haut de page